Tout ce tohu-bohu !

masque barrière

Décidément, les masques en tissus font couler beaucoup d’encre. Après la note d’information de la DGE les artisans créateurs et les couturiers se sont mis à exprimer leurs inquiétudes et les “coups de gueule” fleurissent un peu partout.

Je tiens à commencer cet article par une bonne nouvelle : oui, les artisans créateurs et couturier(e)s peuvent vendre des masques en tissus. Et ces masques n’ont pas besoin d’être soumis aux tests de perméabilité et de filtration ! Ouf ! Avant de traiter cette question plus en détails, je vais essayer de répondre aux questions les plus fréquentes.

Tant de questions !

Souvenez-vous ! Au début du confinement, nous avons cousus des masques en nous appuyant sur des patrons qui prévoyaient une couture centrale. Cette couture a été supprimée car ces masques filtrent moins bien au niveau de la zone nez-bouche.
On a ajouté des filtres entre deux épaisseurs de tissus fait en sac d’aspirateur et filtra à café… on a supprimé les filtres.
On nous a conseillé d’utiliser des tissus non tissés mais qui ne résistent pas bien aux hautes températures.
Puis on s’est inquiété de mal respirer avec des masques 3 couches. On a aussi dû faire face à une pénurie d’élastiques et aux douleurs derrières les oreilles…

Que faire aujourd’hui ?
Pour les masques à 3 épaisseurs que vous auriez déjà assemblés, le mieux est de le porter (maximum 4 heures) et de voir si vous le supportez ou pas. Sinon, vous pouvez coudre un (nouveau) masque à 2 plis avec 2 épaisseurs de tissu en coton tissé très serré. Je trouve que les brides avec du biais sont plus solides, à vous de voir. Si vous aviez prévu un masque avec un filtre, portez-le sans filtre, fermez éventuellement l’ouverture. Et enfin pour tous les autres cas, pensez récup’ et recyclage.

Le “masque barrière” est un geste barrière supplémentaire, donc il représente de toute façon un “plus” pour notre protection à tous. Porter un masque est mieux que ne pas en porter.

2 types de masques en tissu sur le marché

Les “masques barrières”

Vous pouvez vendre les masques qui porteront l’appellation “masque barrière” à conditions de suivre les spécifications détaillées dans le guide AFNOR SPEC S76-001. Ce guide a été récemment mis à jour, notamment avec l’ajout d’un patron pour les masques enfants. Il s’agit d’une taille junior pour les plus de 7 ans.

Ce référentiel nous donne les indications pour confectionner un masque à usage non sanitaire pour les particuliers en bonne santé et qui vient en complément des autres gestes barrières.

Pour la vente, il est impératif de fournir une notice d’information avec le nom de votre marque, la taille “junior” ou “adulte” et les avertissements listés à la page 21 du guide. Il faut également inscrire de manière visible la mention “masque barrière AFNOR SPEC S76-001” ainsi que la version du guide utilisée.

En résumé en tant qu’artisan créateur :
– Je peux vendre des “masques barrières”.
– Masques non testés
– Mentions obligatoires (version du guide Afnor, marque, taille et avertissements p. 21 du guide)
– Notice d’utilisation et d’entretien

Vous êtes un particulier, où se les procurer ?
Passez votre commande auprès des artisans créateurs de votre secteur ou sur la plateforme Pitimana.
Près de Nantes : Hello cactus, Hello Petronille, ByMuForU, …

Les “masques grand public”

Je trouve que cette appellation porte à confusion. On pourrait se dire que ce sont des masques pour tous. En fait, ce qu’il faut comprendre est : “à destination des professionnels en contact avec le grand public“.

Quelles sont les différences ? Peu dans la manière de les confectionner car les entreprises peuvent suivre le même référentiel AFNOR. Ils sont également réservés à un usage non sanitaire.

En revanche, les tissus utilisés doivent avoir été testés par des laboratoires. Ils subissent alors des tests de perméabilité (comment on respire avec le masque ?) et de filtration, j’en ai un peu parlé sur ma page facebook. Les résultats des tests sont répertoriés dans une base de données de l’IFTH. L’AFNOR s’appuie d’ailleurs sur cette même base pour conseiller les tissus dans son document. A l’issue de ces tests, si les masques sont conformes, ils seront affectés à la catégorie 1 ou 2 comme défini dans la note de la DGE.

Les entreprises doivent également demander la publication des résultats des essais sur une page dédiée du gouvernement et indiquer les performances de filtration sur l’emballage. Il est obligatoire également de fournir une notice d’utilisation. Vous retrouverez toutes ces étapes sur cette page de la DGE.

Autre différence, les masques labellisés grands publics sont reconnaissables par un logo comme celui-ci. Il précise le nombre de lavages possibles pour conserver un bon niveau de filtration.

En résumé en tant qu’industriel :
– Appellation “masques grand pubic”.
– Tests obligatoires des tissus ou des masques
– Publication des résultats des essais
– Préciser l’usage : UNS Cat 1 ou Cat 2
– Logo obligatoire
– Notice d’utilisation comme dans l’exemple en lien

Vous êtes un professionnel (sauf secteur santé) où se les procurer ?
Faites votre demande depuis la plateforme Savoir Faire Ensemble.

Artisan créateur, puis-je vendre des masques labellisés grands publics?

Ce que je viens de décrire dans la partie précédente concerne surtout les industriels pouvant produire des milliers de masques par jour. Les artisans créateurs peuvent également les proposer à la vente en respectant toutes les obligations indiquées ci-dessus.

Sachez d’abord que la DGE prend en charge 2 tests (les suivant sont payants). Vous pouvez ne pas faire ces tests si le fabricant des tissus les à lui même fait tester et si vous pouvez obtenir le rapport.

En résumé en tant qu’artisan créateur : :
– Je peux vendre des masques “grand public” à condition d’être en mesure de remplir toutes les obligations ci-dessus et pouvoir présenter le dossier des tests et essais lors d’une inspection.

Et donc ?

Honnêtement, je ne suis pas complètement sereine même avec toutes ces informations. On engage notre responsabilité comme l’AFNOR le précise dans son guide : “le masque barrière n’est pas soumis à une évaluation de conformité obligatoire par des organismes notifiés ou laboratoires. Sa conception selon les règles de l’art, sa fabrication et son contrôle de qualité de la production restent à la responsabilité du fabricant“ .

Donc pour ma part, je vais honorer toutes les commandes de masques barrière que j’ai reçues jusqu’à présent. Une fois achevées, j’arrêterai probablement la confection ou diminuerai. Je remercie toutes les personnes qui ont déjà commandé chez ByMuForU ou chez d’autres créateurs locaux car de cette façon vous soutenez l’artisanat.

Vous pouvez également lire l’article de Hello Petronille sur ce même sujet, ainsi que celui de Marketplaces créatives.

Laisser un commentaire